Témoignage de l’adoption du chaton BAGHERA

Chaton adoptée à 3 Mois dans une famille amoureuse des chats noirs.
Après l’adoption d’Onyx en 2014….

BAGHERA La belle 

Salut, moi c’est Baghera.
Vous savez, comme la panthère de Kipling, un autre genre de moustachu à ce qu’il paraît. Mais moi, je n’ai qu’un seul “e” à mon prénom et ça fait toute la différence !

Comme elle, je suis toute noire mais je suis bien moins sérieuse … J’aime jouer, faire des câlins, sauter sur tout le monde en miaulant gaiement, histoire de réveiller les endormis… Il y a quelques mois, ma vie a changé. Je me suis retrouvée dans une cage de transport, direction ma nouvelle maison, une maison où m’attendait Onyx, Laurent et Gaëlle.

Je ne le savais pas encore mais j’allais découvrir ma nouvelle famille qui était plus qu’impatiente de me rencontrer… D’ailleurs, entre deux câlins, je vais laisser Gaëlle vous raconter comment ça s’est passé.

En 2014, nous avons découvert l’association de L’Ecole du chat de Drancy quand nous nous étions décidés à présenter un compagnon à Salem qui avait du mal à vivre seul après le départ de Lana.

L’histoire d’Onyx dans la famille 

Onyx était arrivé après les différentes formalités d’adoption et nous avions pu constater à quel point l’association prenait soin de ses moustachus, de leur sauvetage… jusqu’au placement.

Onyx était arrivé parfaitement équilibré, sociabilisé et nous avions pu compter sur le suivi et les conseils de l’association pour débuter cette nouvelle vie avec lui. C’est pourquoi nous savions que lorsque nous voudrions adopter de nouveau, c’est à l’Ecole du chat de Drancy que nous nous adresserions. Toutefois, nous n’aurions pas pensé le faire si tôt.

Notre cher Salem, est parti rejoindre les étoiles sous la neige en février 2018, de façon soudaine, brutale. De façon si inattendue.

Même si Salem était diabétique et que nous nous doutions que malgré tous nos soins sa santé était fragile, nous n’étions pas préparés à ce départ si brusque.  Onyx non plus. Il s’est retrouvé, du jour au lendemain, tout seul avec nous, lui qui était si complice avec Salem. Ils jouaient comme des fous, se câlinaient et dormaient ensemble.
Ils étaient inséparables et ne pouvaient rester l’un sans l’autre bien longtemps.

Bien sûr, nous avons tout fait pour qu’Onyx ne se sente pas délaissé, qu’il ne s’ennuie pas après le départ de son copain.
Il est évident que nous pensions à adopter de nouveau pour Onyx et pour nous, mais nous préférions attendre un peu, le temps de nous remettre de notre chagrin.

Nous avions aussi un peu peur qu’Onyx ne s’habitue pas facilement à la présence d’un nouveau compagnon, tant sa relation avec Salem était fusionnelle.

Le choix d’une nouvelle adoption de chaton

Pourtant nous avons dû nous rendre à l’évidence : toute l’attention que nous portions à Onyx ne suffisait pas.

Même si nous nous occupions de lui constamment, il lui manquait cette relation féline qu’il aimait tant. Ces heures de jeu, de câlins et de folles poursuites à travers le logement.

Onyx est une pile électrique, il a besoin d’énormément d’attention, de beaucoup de jeux, d’une montagne de câlins.
Oh, c’est un grand timide avec les bipèdes qu’il ne connaît pas. Pourtant, dans l’intimité feutrée de son cocon, c’est un chat facétieux et énergique ! Un bavard qui se sent obligé de commenter tout ce qu’il fait et qui exige des réponses à tous ses commentaires sinon il vient vous regarder avec un air réprobateur !

Aussi, il était évident qu’il fallait passer cette étape, Onyx s’ennuyait et nous ne pouvions le laisser ainsi. Alors nous avons sauté le pas, un peu fortuitement, au détour d’une balade sur la page Facebook puis sur le site Internet de l’association un vendredi soir.

La découverte de Baghera

Comme toujours des moustachus attendaient une famille et là nous sommes tombés sur la fiche de Baghera.

Une belle chatounette toute noire, comme Onyx. Une chatounette qui n’a pas eu un début de vie facile, retrouvée sous une voiture dans la rue. Jetée là par des êtres auxquels il ne reste qu’une façade d’humanité.

La demoiselle était décrite comme énergique, et facétieuse tout ce qu’Onyx attendait ! Il n’a pas fallu plus que sa photo pour nous faire fondre.
Ses magnifiques yeux dorés, sa bouille coquine nous ont fait craquer en un quart de seconde.

J’ai alors décidé d’écrire tout de suite un mail à l’association en croisant les doigts pour que notre demande soit acceptée. De fil en aiguille, le dimanche suivant, Baghera arrivait chez nous pour le plus grand bonheur de tout le monde.

L’arrivée de Baghera dans sa nouvelle famille d’adoption 

A son arrivée nous étions fébriles, nous pensions qu’elle serait un peu intimidée par ce nouvel environnement, par ces gens qu’elle ne connaissait pas. Pensez-vous !

Dès la cage posée, Baghera attendait toute droite que la porte s’ouvre avec ses grands yeux écarquillés, ces magnifiques yeux qui scrutent le monde avec tant de curiosité et d’appétit.

A l’ouverture de la cage, mademoiselle est sortie en ronronnant et s’est installée ! Découvrant et s’appropriant les fauteuils, les jouets, le lit, les toilettes sans le moindre souci et tout ça avec d’énormes ronrons et miaous capables de faire fondre un iceberg.

Baghera et Onyx une grand histoire d’amour…

Onyx en grand timide qu’il est, s’est caché pour observer cette nouvelle venue. Il a résisté quelques temps avant de succomber à l’appel du jeu et des câlins. Il a essayé de feuler un peu au début histoire de montrer qu’il était le chef, mais c’était sans compter sur le caractère volontaire de Baghera et tout comme nous, il a fondu.

Désormais, ils sont inséparables. Ils jouent, font de folles courses à travers l’appartement, nous ramènent leurs pompons et grelots sur le lit à 3h du matin pour nous faire participer à leurs jeux et câlins.

Onyx a retrouvé tout l’entrain qu’il avait perdu lors du départ de Salem. Il ne s’ennuie pas une seconde avec Baghera et son énergie inépuisable.
Ils sont tous les deux toujours à la recherche de la prochaine bêtise qu’ils vont pouvoir faire ensemble.

Faire tomber les bacs de croquettes dans la cuisine pour se servir directement. Débarrasser le canapé de tous les coussins, défaire le lit, investir le lavabo à deux (même si c’est un peu serré) pour boire au robinet…

C’est un vrai bonheur de les voir s’amuser et s’entendre ainsi.

L’arrivée de Baghera est une immense joie pour notre famille. Elle est espiègle, curieuse, têtue et adorable. C’est un vrai pot de colle, câline et ronronnante avec nous comme avec Onyx.
Elle a un caractère déjà bien trempé. Elle sait parfaitement ce qu’elle veut et comment l’obtenir.
Un câlin ? Hop je me mets à ronronner à ton passage en miaulant pour que tu me remarques. Onyx dort ? Pas grave je lui saute dessus en miaulant pour qu’il s’occupe de moi.
On m’ignore ? Qu’importe, je grimpe sur le canapé pour qu’on me regarde prendre la pose et si ça ne suffit pas je grimpe sur les genoux. Peu importe le lieu, le moment…

D’ailleurs j’écris ces lignes difficilement entre deux coups de têtes et tentatives de Baghera d’apporter son style au texte.

En fait, Baghera, est un peu l’équivalent félin de Rémy Julienne, une cascadeuse qui fait des bonds de plusieurs mètres pour atteindre son objectif. Et elle adore ça ! Onyx est toujours surpris quand elle prend de l’élan, rebondi sur le mur pour tomber exactement sur son dos afin d’initier le jeu.

Mais ce qu’elle aime par-dessus tout ce sont ses jouets avec de petits grelots, elle les balade partout, de préférence la nuit lorsqu’elle peut les apporter sur le lit, près de nos oreilles.

C’est un réel bonheur d’avoir accueilli Baghera à la maison, elle a ravi nos cœurs et fait partie intégrante de la famille.

Conclusion 

Nous sommes très heureux, encore une fois, d’avoir adopté par le biais de L’Ecole du chat de Drancy et nous sommes comblés que les membres de l’association nous aient de nouveau fait confiance. Comme Onyx, Baghera est arrivée en étant bien dans ses papattes et avec une joie de vivre communicative.

Comme toujours nous remercions sincèrement tous les membres de l’association pour leur investissement auprès de tous ces moustachus qui n’ont pas connu que des jours heureux. Nous ne les remercierons jamais assez pour leur écoute, le temps passé pour le bien-être des chats et l’accompagnement procuré aux adoptants.

Merci à Laurence et Mme Betton de la confiance qu’elles nous ont donné pour l’adoption de Baghera, merci à Brigit pour son engagement, son dynamisme et ses communications régulières sur les réseaux sociaux qui nous ont permis de tomber sous le charme de notre chatounette.

Comme toujours, vos actions sont dignes de louanges et portent la voix de centaines de chats laissés pour compte.

Gaelle et Laurent